Montmartre, Sacré-Coeur, Paris

Les quartiers de Paris – Montmartre, post confinement

0 Comments
Carte postale, Montmartre, Paris

Au moment du déconfinement, nous étions une majorité à être partagés entre cette envie de sortir, de se promener “librement” et de rester encore un peu chez nous, là où nous nous sentions le plus en sécurité.

Avec mon amie Gülay, nous avons donc laissé passer quelques jours, puis, nous sommes allées dans l’un des quartiers les plus touristique de la capitale : Montmartre.

Toutes les deux, nous aimons beaucoup la photographie 📸 et nous n’espérions pas avoir autant de chance ce jour-là. Même si, en effet, la situation est dramatique pour les commerçants du quartier qui se voient priver d’ouverture et de clientèle, nous avons pris plaisir à sillonner la butte en toute quiétude et quelque fois, sans croiser le moindre être humain. Nous avons donc pu prendre des photos de Montmartre désert, et si vous connaissez le quartier, vous savez que cela est extrêmement rare ! Parisienne de naissance, je n’avais jamais vu la butte aussi vide.

Montmartre, Sacré-Coeur, Paris

CE QUI M’A FRAPPÉ

La désertification redonne à Montmartre son allure de petit village si bien que l’on pourrait presque s’imaginer être à la campagne 🌳. Ici, ce calme est étrange mais tellement agréable.

Montmartre, ruelle deserte, Paris

Les artistes-peintres 🎨 de la place du Tertre ont été remplacés par une affreuse structure métallique, empêchant toutes personnes de pouvoir s’y installer.

Les street-artistes ont profité du confinement pour sublimer les murs de la butte (j’avance ici une hypothèse, car il m’a semblé que certaines oeuvres étaient plutôt récentes, mais peut-être que je me trompe complètement). Peut-être que les puristes du quartier trouveront cela de mauvais goût, mais personnellement, j’ai adoré voir tant de couleur, de messages revendicatifs sur les murs. L’image de carte postale toute lisse que l’on a l’habitude de voir, s’est transformée en une photo beaucoup plus rock’n’roll 🤘, j’adore ! En plus, j’ai retrouvé ici de nombreux street-artistes que j’aime beaucoup comme Ardif ou Clet Abraham, et j’en ai également découvert de nouveaux comme Laurier Street par exemple (si vous souhaitez lire mon article que j’avais consacré au street-art, c’est par ici).

Montmartre, street-art, Paris

Ce qui m’a aussi frappé, c’est de voir Montmartre sous une autre perspective. Ici, mon champ de vision n’a jamais été aussi grand ! Nous avons pu prendre des photos entières de ruelles désertes, voir des détails que nous n’aurions sans doute pas pu remarquer en temps normal. Cette vue du quartier était tout à fait nouvelle pour moi, ainsi que l’absence de son agressif : pour la première fois, nous avons entendu Montmartre. Aucun brouhaha, aucun cri, rien. C’est à la fois troublant et terriblement appréciable 🙂.

CE QUI M’A MANQUÉ

Paradoxalement, ce qui m’a manqué, c’est la vie du quartier. Les artistes-peintres si mythiques de la place du Tertre n’étaient plus là. Enfin presque : deux peintres ont bravé l’interdiction de stationner ✊ et se sont installés devant les structures métalliques, juste deux. Comme pour rappeler que leur lieu de travail est ici.

Les voix des garçons de café (“et un café ☕ pour la 12 s’il te plaît, 1 !”), le son de la vaisselle des restaurants, les verres qui trinquent 🥂 m’ont aussi manqué, tout comme les odeurs des crêpes pas très bonnes que l’on sert dans les quartiers très touristiques. Que voulez-vous, j’aime les bistrots, leurs ambiances, leurs odeurs (enfin, pas toujours 🤢 😁). J’aime cette culture des cafés, d’ailleurs, il faudra que je vous présente un livre qui en parle merveilleusement bien (la suite au prochain épisode 😉).

Boutique rideau de fer avec message "On s'ennuie grave"

CONSEILS DE PARISIENNE

Si vous ne connaissez pas Montmartre et que vous venez visiter le quartier, j’ai quelques conseils à vous donner : essayez de venir très tôt pour profiter du calme avant de voir les touristes débarqués par milliers. N’hésitez pas à aller de l’autre côté de la butte, celle qui donne sur les banlieues nord. Vous serez beaucoup plus tranquille et vous découvrirez des endroits tout aussi magnifiques.

J’ai un creux, on va manger ? 😋

LA RECETTE DE CUISINE 🍽

Vous l’avez peut-être remarqué, c’est la deuxième fois que j’incruste une recette de cuisine dans mes articles de voyage. Je pense que je vais le faire régulièrement dorénavant. Cette idée m’a été soufflée par, je vous le donne en mille, mon amie Gülay avec qui j’ai parcouru la butte ! Le monde est si bien fait 😁

Bref, aujourd’hui, je vais vous proposer de réaliser une authentique recette de bistrot parisien, le croque-monsieur 🥪. Mais pas n’importe lequel ! Celui d’un petit chef qui monte, un certain Cyril Lignac 😅

📸 Cuisine Actuelle

Et maintenant, dansons 🕺

MA PLAYLIST

Quelle que soient les époques, Montmartre a su inspirer les artistes. Aujourd’hui, nous allons traverser le temps avec quatre titres, du plus ancien au plus contemporain.

Mouloudji, La Complainte de la butte

Voici un classique de la chanson française ! Écrite par Jean Renoir et composée par Georges van Parys pour le film French Cancan de Jean Renoir, cette chanson a connu moult interprétations. Patachou, Lambert Wilson, Cabrel et Bruel, Rufus Wainwright ou bien encore Zaz l’ont tous chanté. Mais moi, celle que je préfère, c’est celle de Mouloudji. Il la chante avec douceur et simplicité, et l’enregistrement datant de 1955 apporte ses petits crépitements qui me font fondre.

Pigalle, Dans la salle du bar tabac de la rue des Martyrs

1990, j’ai 7 ans. La radio 📻 est allumée, et entre deux flashs infos j’entends Dans la salle du bar tabac de la rue des Martyrs. C’est un choc ! Un choc auditif et je tombe littéralement amoureuse de cette chanson. Je pense qu’à l’époque, j’aimais surtout la mélodie de l’orgue de barbarie. Je me souviens avant, il y avait beaucoup de joueurs de cet instrument dans les rues de Paris et ils me captivaient. Je voulais tellement apprendre à en jouer ! Bref, revenons à la chanson. Elle a été pour moi le début d’une grande aventure avec Pigalle, groupe punk mythique des années 80-90 qui tourne toujours aujourd’hui. J’ai grandi avec eux et j’ai même eu la chance de travailler sur la promo d’un de leurs albums ! Avoir eu l’opportunité de croiser François Hadji-Lazaro a été très fort pour moi, et travailler avec son attaché de presse et son manager a été l’un des meilleurs souvenirs professionnels de ma vie. Luc, Bertrand, si vous me lisez, je vous love ❤

Birdy Nam Nam, Abbesses

Changement d’ambiance avec les Birdy Nam Nam. Alors, oui, je sais, on a entendu 1000 fois cette chanson. Personnellement, elle a accompagné beaucoup de mes soirées universitaires, mais elle est vachement bien, non ?

Voilà, ce petit tour à Montmartre est maintenant terminé. Je reviendrais vous parler de Paris, ma ville, prochainement, dans un nouvel article.

N’hésitez pas à me partager votre avis et à commenter cet article !

Pour plus de photos, rendez-vous sur mon compte Pinterest

Et pour découvrir les magnifiques photos de la talentueuse Gülay, je vous propose de la suivre sur son compte Instagram


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

PINTEREST
INSTAGRAM