L'Arabe du futur, Riad Sattouf

L’Arabe du futur

0 Comments

Grande nouvelle ! L’Arabe du Futur 5 sortira cet automne . De quoi se remettre à la page (même si on a encore un peu de temps, ok) et de se replonger dans les aventures de Riad Sattouf.

Pour ceux qui sont passés complètement à côté des ouvrages précédents, voici un petit rappel :

Le sujet ? L’enfance de l’auteur entre la France et la Syrie avec sa famille. Le ton ? Drôle, même si l’auteur n’est pas toujours confronté à des situations simples. Les dessins ? Très beaux, “ronds” avec toujours une couleur dominante. On se balade de vignette 💬 en vignette 💬 avec Riad Sattouf et ses yeux d’enfant, on apprend à connaître toute sa famille à laquelle on s’attache, les pays dans lesquels il a grandi, les différences culturelles auxquelles il a été confronté et qui peuvent être très drôles par moments. Il y a tant de petits détails qui illustrent parfaitement les ressemblances et les différences entre tous ces pays : la religion bien sûr, la gastronomie 🍴, la culture, mais aussi les odeurs, les gestuelles, les modes de vie. Tout cela a un aspect sociologique très intéressant. Les pratiques des uns et des autres, les régimes politiques, la vie sociale en générale et dessinée brillamment, si bien que nous pouvons facilement nous imaginer comment vivaient les gens à cette époque (il est vrai, pas si lointaine). Les vêtements, les bâtiments, les voitures 🚗, le mobilier urbain en général sont aussi croqués 🖌 de manière à ce que l’on puisse voir leurs évolutions. Je trouve cela très enrichissant car cela apporte en plus un côté historique à la bande dessinée. L’évolution des personnages est aussi marrante à voir. On suit Riad depuis sa toute petite enfance, et on le quitte (dans le volume 4) à l’adolescence. Ca m’a rappelé plein de souvenirs d’école : les jeux que l’on avait, les codes sociaux que l’on entretenait et l’imagination que l’on pouvait avoir pour inventer des histoires rocambolesques… Allez, je vous en livre une : avec mes copines Lise et Julie, lorsque l’on avait environ 7-8 ans, on s’imaginait que l’on devait combattre Shredder, le grand méchant du dessin animée Tortues Ninja. Il se baladait sur les toits de l’école, et avec nos supers montres aux mille pouvoirs, on arrivait toujours à l’avoir 😁.

Bref, voilà aussi l’une des forces de cette bande dessinée, se souvenir de moment parfois oubliés.

Je vous recommande donc chaudement les 4 volumes, c’est un plaisir à lire et à regarder !
Bon, maintenant il faut que j’attende l’automne prochain pour lire le volume 5, ça va être long mais ça vaut le coup d’attendre (et il paraît même qu’il y aura un volume 6 😉).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

PINTEREST
INSTAGRAM