Betty, Tiffany McDaniel, éditions Gallmeister

Betty

0 Comments

Quelle claque !

J’avoue avoir un faible pour les livres édités chez Gallmeister. Entre Sukkwan Island, My absolute darling ou encore Dans la forêt, je n’ai jamais été déçue. Je raffole des histoires fortes, voire dramatiques, qui se passent dans des endroits spectaculaires. J’adore les histoires ou la nature et les éléments ont autant d’importance que les personnages.

Bref, c’est en mai dernier que je vous demandais quel livre je pourrais lire, et @urbanandwild m’a répondu presque du tac au tac, Betty de Tiffany McDaniel. Et c’est vrai que je le voyais à la librairie depuis quelques mois, que je lisais des chroniques sur Instagram qui me donnaient vraiment envie de le découvrir, mais bon…je ne l’avais pas encore accueilli dans ma bibliothèque jusqu’à cette fameuse recommandation d’Urban & Wild (merci de tout coeur 🙏).

L’HISTOIRE

Je ne sais même pas par où commencer pour vous raconter cette histoire si prenante. Peut-être vous dire qu’elle débute dans un cimetière, quand les parents de Betty se rencontrent pour la première fois. Qu’elle continue sur les routes des Etats-Unis avant de s’installer réellement dans cette petite maison de l’Ohio. Peut-être vous raconter que l’histoire de la famille Carpenter n’est pas celle de tout le monde, celle d’une famille mixte, Cherokee et blanche. Vous parler (sans vous dévoiler) des secrets qui entourent cette famille, ces très lourds secrets qui vont accompagner Betty pendant toute son enfance, son adolescence et faire d’elle ce qu’elle est : une jeune femme aux idées claires, qui s’est ce qu’elle veut et ce qu’elle ne veut pas.

Enfin, vous raconter la tendresse qu’il y a dans cette famille, notamment grâce au rôle important de Landon, le père, qui est un pilier, un sage pour toute cette famille fragile. Même s’il connaît la dureté de la vie, du travail, des hommes, il raconte toujours le pire et le meilleur avec des paraboles, des histoires fabuleuses venues de son imagination ou des croyances et légendes Cherokee. Il aime passionnément ses enfants, et veut leur apprendre l’importance de la terre et du respect de la nature.

MON SENTIMENT

A la fin, quand j’ai refermé le livre, je n’avais pas envie de quitter Betty. Je n’avais pas envie de l’abandonner, je voulais la suivre, l’aider, continuer avec elle son combat, l’accompagner toujours jusqu’à ce que je sois assurée que tout irait bien pour elle. C’est très bizarre…

Pourtant, elle est très forte, subit des épreuves que je pense je n’aurais pas supporté comme elle : le racisme, l’intolérance, le sexisme, la violence, les secrets insupportables… Quelle force ! D’où vient-elle ? Probablement de ce lien très fort qu’elle a avec ses deux sœurs Flossie et Fraya, ou bien encore grâce à son père qui lui permet de s’évader grâce à ses histoires et sa poésie. Il y a beaucoup de raisons en fait, mais elle est quand même admirative.

Je pense que si vous avez aimé My absloute darling, vous ne pourrez qu’aimer Betty.

Je le recommande vraiment, c’est une pépite !


One thought on “Betty”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

PINTEREST
INSTAGRAM