Bruxelles, ruelles

Anecdotes bruxelloises

0 Comments

Mon frère a déménagé à Bruxelles en septembre dernier pour finir ses études de médecine. Il a pris toutes ses affaires qu’il a mises dans des cartons et a quitté l’hexagone avec sa chérie d’amour et sa fille, Alix, 9 mois (je la boufferais cette enfant, elle est tellement chou 🥰).

Il faut dire qu’il avait déjà vécu dans la capitale belge pendant 10 ans, donc il ne partait pas en terre inconnue. Quand ils sont arrivés, ils ont posé leurs cartons et leur bébé à Ixelles, un quartier très joli, un peu cossu, ou les immeubles ont vraiment de la gueule 🤩

Ixelles, Bruxelles

Juste avant le second confinement, nous sommes allés leur rendre visite avec mon autre frère et ma belle-sœur (oui, j’ai un stock de 3 frères et 1 sœur 😁 ). Ca nous a fait un bien fou de nous évader de France (attention, nous n’étions pas dans l’illégalité, nous n’étions pas des fugitifs, nous avions encore droit à une “tolérance” avant de rentrer nous enfermer chez nous pour cause de petite saloperie de covid 🦠) et nous avons été très bien accueillis.

Le contexte était tout de même particulier : les bars et les restaurants étaient fermés, les rues quasiment désertes, et la Belgique s’apprêtait elle aussi à se reconfiner (la décision a été prise quand nous étions déjà sur place).

Nous avons profité d’une ville très, très calme ce qui ne lui ressemble pas habituellement. Même si nous avons été un peu frustrés de ne pas déguster une bonne bière belge dans un bar, nous avons pris plaisir à nous balader dans la ville et notamment sur la Grand Place. Je ne l’avais jamais vu comme ça : il y avait quelques personnes, mais cela n’avait rien à voir avec l’affluence des jours ordinaires. Je crois que le plus surprenant, c’était de voir les ruelles entourant la place quasiment désertes. Si vous ne connaissez pas, habituellement elles ressemblent aux ruelles du quartier Latin à Paris. Elles sont très animées, très touristiques aussi, blindées de resto, snack, magasins de souvenirs et autres chocolateries. Mais là, il n’y avait personne, c’était fou (le reste de la ville n’en menait pas large non plus). Alors, ma belle-soeur, fraîchement débarquée à Bruxelles, en a profité pour nous faire partager quelques petites anecdotes sur la ville.

Bruxelles, ruelle menant à la Grand-Place

LA PORTE ASYMÉTRIQUE DE L'HÔTEL DE VILLE DE BRUXELLES

Il est certainement l’un des monuments les plus emblématiques de la ville. Construit au XVe siècle, il en impose avec sa flèche haute de 90 mètres et son style gothique impeccable. Mais si vous faites attention, vous pourrez remarquer qu’il y a comme un petit problème au niveau de la grande porte : elle est asymétrique. La légende raconte que l’architecte ayant conçu le bâtiment se suicida depuis le haut de la tour quand il s’aperçut de son erreur. Pauvre homme, on aurait pu lui dire que l’erreur est humaine et que sa porte allait faire la renommée de l’Hôtel de Ville !

Hôtel de Ville, Bruxelles

LA RÉNOVATION INTERMINABLE DU PALAIS DE JUSTICE DE BRUXELLES

Le Palais de justice de Bruxelles est un bâtiment hyper imposant. On imagine que ça doit filer droit à l’intérieur, tant l’extérieur est impressionnant. Mais voilà, il est cerné par des échafaudages depuis…1987 😲 Oui, vous avez bien lu, cela fait 33 ans et selon Le Soir, les rénovations devraient se poursuivre jusqu’en 2030.

Mais c’est quoi le problème ? 🤷‍♀️

Infiltrations d’eau, terrasses branlantes, plafonds qui s’effondrent, voilà une partie du problème. Et je ne parle pas des archives couvertes de champignons ou de la végétation qui s’incrustent depuis le temps (ah si, je viens d’en parler 😅) !

Le coût des travaux étant gigantesque (on l’estime à peu près à 87 millions d’euros), que faire de ce Palais ? Des idées ont été soumises comme de le transformer en musée, en patinoire ou même en cirque 🤔. Les habitants, eux, ont tellement pris l’habitude de le voir comme cela, qu’ils n’en ont plus vraiment quelque chose à faire. Sauf certains, qui aiment beaucoup escalader les échafaudages pour regarder la ville avec un peu plus de hauteur 😁

En tout cas, le jour ou le Palais de justice sera dénudé de ses échafaudages, sera à marquer d’une pierre blanche.

Voilà pour ses échappées Bruxelloises, je serai amenée à y retourner souvent donc je pourrais vous conter d’autres anecdotes croustillantes 🙂

🪕 Et maintenant, dansons dans notre salon (parce qu’on ne peut pas le faire ailleurs pour le moment, alors bon…😅) 🪕

MA PLAYLIST

Qu’on se le dise, la Belgique est un vivier à artistes !

Brel, Venus, Girls in Hawaï, Stromae, Arno, Gotyé, 2Many Dj’s, il y en a pour tous les goûts.

dEUS, Instant Street

S’il y a bien un groupe qui a marqué mon adolescence, c’est dEUS. Je crois que c’était la première fois que je découvrais un son pareil. Il ne ressemblait pas aux groupes de rock traditionnels, il nous emmenait dans des sphères surréalistes, tripantes et en réalité, totalement inclassables.

Pink Room, Wasted

La claque que je me suis prise en écoutant pour la première fois Pink Room ! Ca c’est du rock à en faire pogoter mamie 🤘 C’est un tout jeune groupe qui a sorti son premier EP en 2018 et son premier album en 2019. J’espère les voir en concert un jour, parce que vraiment, ça envoie du pâté !

Hooverphonic, Eden

On termine en douceur avec Hooverphonic et la voix mélodieuse d’Esther Lybeert. Mad About You a été un succès mondial et a raisonné dans ma tête pendant des années (et toujours encore aujourd’hui en fait). Ici, je vous propose d’écouter Eden en live, accompagnée par un orchestre symphonique, qui donne une toute autre dimension à la chanson. C’est tout simplement envoutant.

Voilà pour ce petit séjour à Bruxelles. N’hésitez pas à me partager vos anecdotes en commentaire 🙃

Et comme toujours, vous retrouverez toutes mes photos sur mon compte Pinterest juste ici 👉


One thought on “Anecdotes bruxelloises”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

PINTEREST
INSTAGRAM